Clinique
Lambert

Hémorragie digestive

Saignement dans le tube digestif


Un saignement dans le tube digestif peut se manifester soit par des vomissements de sang, soit par l’émission de selles noires comme du goudron, soit encore par l’émission de sang rouge par l’anus. En dehors du cas des hémorroïdes connues, toutes ces manifestations imposent d’appeler un médecin d’urgence.

Hémorragie digestive

Qu’est-ce qu’une hémorragie digestive ?

L’hémorragie digestive désigne un saignement provenant du tube digestif : – l’hémorragie digestive dite « haute » provient de l’œsophage, de l’estomac ou du duodénum (partie initiale de l’intestin grêle) ; – l’hémorragie digestive dite « basse » provient de l’intestin grêle, du côlon, du rectum et de l’anus.

Comment se manifeste-t-elle ?

  • En cas d’hémorragie digestive haute, le patient peut présenter soit des vomissements sanglants (appelés « hématémèse »), soit l’émission de selles noires comme du goudron (appelées « méléna »), soit les deux. La couleur noire des selles provient de la présence de sang digéré au cours de son cheminement dans le tube digestif.
  • En cas d’hémorragie digestive basse, le patient évacue des selles contenant du sang rouge vif (non digéré). Cela dit, un saignement provenant de l’intestin grêle ou de la partie initiale du côlon peut donner du méléna car le sang peut être oxydé avant d’être éliminé. Dans les cas d’hémorragies abondantes graves, d’autres symptômes peuvent être associés : pâleur, sueurs, chute de tension, malaise...

Quelles en sont les principales causes ?

Les causes les plus fréquentes des hémorragies digestives peuvent être énumérées de haut en bas du tube digestif :

  • œsophage : rupture de varices œsophagiennes (dilatation de veines en cas de maladie du foie comme la cirrhose), œsophagite (inflammation de l’œsophage), cancer de l’œsophage ;
  • estomac/duodénum : ulcères (voir fiche) ou ulcérations (perte de substance de la muqueuse, comme une plaie), cancer de l’estomac, angiomes ;
  • intestin grêle : malformation vasculaire, tumeurs ;
  • côlon, rectum et anus : hémorroïdes, cancers, polypes bénins, ulcérations traumatiques (liées au thermomètre ou aux lavements), rectocolite hémorragique (voir fiche)…

Quels examens va-t-on faire ?

En dehors du cas du saignement anal de petite abondance comme dans les hémorroïdes, une hémorragie digestive justifie une hospitalisation d’urgence.
Des explorations endoscopiques (introduction, dans le tube digestif, d’une sonde munie d’une caméra et de fins instruments) sont effectuées en fonction du type d’hémorragie pour déterminer la cause du saignement.

Quels sont les traitements ?

  1. Traitement des conséquences de l’hémorragie sur l’état général : hospitalisation d’urgence, perfusions de sérum, voire transfusion de sang.
  2. Traitement de la cause de l’hémorragie : – par exemple, en cas d’ulcère de l’estomac ou du duodénum, l’administration de médicaments peut être efficace. En cas de saignement actif, un geste peut être effectué en cours d’endoscopie (pose de clip, laser...). Il peut également être nécessaire d’opérer l’ulcère (suture de la plaie) par chirurgie en cas d’hémorragie digestive massive, persistante ou récidivante ;
    Quant au traitement des varices œsophagiennes, il se fait essentiellement, lors d’une endoscopie (ligatures, injections sclérosantes).