Clinique
Lambert

Greffe rénale

Je suis candidat à la transplantation rénale

Si vous êtes en insuffisance rénale chronique au stade de la dialyse, l’équipe médicale qui vous suit vous parlera de la transplantation rénale (également appelée « greffe rénale »), si elle pense que c’est une solution qui vous convient.

Greffe rénale

Le principe de la transplantation rénale

Lorsque vos reins ne fonctionnent plus, il faut :

  • soit les suppléer : c’est la dialyse (hémodialyse ou dialyse péritonéale)
  • soit les remplacer : c’est la transplantation (greffe) rénale, qui consiste à vous greffer un rein provenant soit d’une personne décédée (cas le plus fréquent) soit d’un donneur vivant apparenté (parent, frère, sœur, fils, fille…). Si l’équipe médicale pense que la greffe est une bonne option pour vous (et juge, notamment, que votre bilan médical le permet), elle proposera de vous inscrire sur liste d’attente de greffe auprès de l’Agence de la biomédecine, qui centralise les inscriptions. Mais, en attendant la greffe, vous devrez suivre une dialyse.

Avant la greffe

On précisera votre groupe sanguin et votre groupe tissulaire (appelé « groupe HLA ») :

  • le donneur devra être du même groupe sanguin que vous
  • il devra y avoir entre lui et vous une assez bonne compatibilité de groupe tissulaire (l’identité tissulaire n’existe qu’entre vrais jumeaux)

On s’assurera que, sur le plan chirurgical et anesthésique, la transplantation sera réalisable.

On vérifiera l’absence d’éléments susceptibles de s’exacerber sous traitement antirejet : foyer infectieux, tumeur occulte.

La greffe

Au bout d’une attente plus ou moins longue – à moins de bénéficier du don d’un parent proche –, l’équipe médicale vous téléphonera pour vous dire qu’un greffon rénal est disponible.

L’intervention consistera à installer ce greffon non pas à la place de l’un de vos reins détruits, mais dans le ventre : le chirurgien relie l’artère du greffon à l’une de vos grosses artères, les veines à une de vos veines, et l’uretère à votre vessie. Dès lors, votre nouveau rein se met à fonctionner.

Dès la greffe, un traitement antirejet est mis en route.

Après la greffe

Vous devrez respecter scrupuleusement et à vie votre traitement antirejet.

L’équipe médicale vous suivra de près et vous prescrira régulièrement des examens pour rechercher un signe de rejet ou des complications.

Conseils :

  • Le traitement anti-rejet majore le risque de cancer de la peau : protégez vous contre le soleil et ne faites pas de séances d’UV.
  • En cas de contraception/désir de grossesse : parlez-en avec vos médecins !
  • Sport : pratiquer une activité physique sans contact (marche, bicyclette, natation, ski, golf…) améliore la qualité de vie ; mais les sports de combat et les sports avec risque de contact violent (sports de ballon, hockey…) sont contre-indiqués.
  • Evitez les contacts avec les personnes qui présentent une infection (maladies infantiles, rhume, zona…)
  • Ne fumez pas.

Vous devrez immédiatement contacter votre médecin traitant ou l’équipe qui vous suit, en cas de fièvre, douleur du greffon, sang dans les urines, diminution du volume de vos urines.